L’état va-t-il porter secours à la fondation Vasarely ? Privée de ses visiteurs, elle ne peut pas couvrir les charges incompressibles qui tombent chaque mois. Son président tire la sonnette d’alarme.