« C’était la guerre », c’est ce que nous disent ce matin les témoins de la manifestation de samedi. Sur la Canebière de Marseille, les dégâts sont encore visibles même si la ville est nettoyée de fond en comble depuis deux jours. Des groupes de casseurs se sont mêlés aux gilets jaunes et s’en sont pris aux boutiques et aux forces de l’ordre. Vitrines cassées, voiture incendiée… 26 interpellations ont eu lieu à Marseille et 8 à la Ciotat où les gilets jaunes continuent leur mouvement, dans une toute autre ambiance que la semaine passée. Sur place, les journalistes ne sont pas les bienvenus… Un accueil sous tension ce matin car les gilets jaunes ont décidé un boycott des médias.