Après plusieurs mois de négociations, la direction de Gemalto et les organisations syndicales s’apprêtent à signer le plan social. Si 88 postes ont été sauvegardés dans l’hexagone, une centaine de salariés sera tout de même licenciée dans les Bouches-du-Rhône.