Après l’annulation des mariages, des évènements festifs et des enterrements en petit comité, les fleuristes subissent eux-aussi la crise de plein fouet depuis le mois de mars. Autorisés à ouvrir durant ce week-end de la Toussaint, ils ont trouvé des solutions alternatives pour ne pas cesser totalement l’activité et limiter la casse…